Animauzine, militer pour les animaux
28 décembre 2010
Par lucelapin
Version imprimable
Version imprimable

Les Puces de Luce Lapin n°966

Charlie Hebdo du 22 décembre 2010 (p.14)

Bêtes d’abattoirs : l’OABA claque la porte du CIV

L’OABA, l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs, le CNPA, Conseil national de la protection animale, la Fondation LFDA, Ligue française des droits de l’animal, la CNSPA, Confédération nationale des SPA de France, la SPA, Société protectrice des animaux, et, depuis un an, la PMAF, Protection mondiale des animaux de ferme, six associations de protection animale, auxquelles s’ajoute le bureau de la protection animale de la DGAL, Direction générale de l’alimentation (ministère de l’Agriculture), composent le comité d’éthique du Centre d’information des viandes. Ou, du moins, composaient, puisque l’OABA, le CNPA et la Fondation LFDA l’ont quitté les 7 et 8 décembre. Le (très bon !) point de vue de Frédéric Freund, directeur de l’OABA.

Depuis quand l’OABA figurait-elle au comité d’éthique du CIV ?

Depuis sa création, à la fin des années 80. Le comité d’éthique était un lieu d’échange entre les associations de protection animale et les professionnels sur les conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux.

Pourquoi l’avez-vous quitté ?

Nous sommes partis car il n’y avait plus de dialogue possible. Nous étions écoutés poliment, mais pas entendus. Une chose est certaine : avec le départ de la moitié des associations de protection animale, le comité n’aura plus la même légitimité.

Sur quels points portaient vos désaccords ?

Sur les animaux abandonnés dans les élevages et qui sont confiés à l’OABA, ainsi qu’à d’autres associations, à leur charge financière exclusive. Malgré des promesses, aucune concertation ou réunion n’a pu voir le jour. À croire que la profession se moque de l’effet désastreux de ces affaires de maltraitance sur son image ! Dernièrement, le CIV nous a précisé que les professionnels s’opposaient à l’étiquetage du mode d’abattage — rituel, halal et casher — des animaux. Belle transparence… Enfin, la récente campagne « Soyons “Fermes” ! », financée en grande partie par le ministère de la Bouffe (pardon, de l’Agriculture et de l’Alimentation), où le CIV apparaît clairement, non plus comme une instance d’information, mais comme une machine médiatique destinée à promouvoir la viande.

En quoi cette campagne a-t-elle pesé sur votre décision ?

Aucune association de protection animale membre du comité d’éthique n’a été consultée sur ces messages. Certains sont trompeurs pour le consommateur et bien éloignés de la réalité. Les associations risquaient ainsi de devenir une « caution morale » pour le CIV. Ce n’était pas acceptable, et la façon de faire du CIV pas très… éthique.

Votre départ aura-t-il des implications sur vos visites des abattoirs ?

Il n’y aura pas de conséquences sur notre liberté d’action. Quitter le comité d’éthique du CIV est un acte fort, mais ce n’est nullement une déclaration de guerre à la profession. Et puis nous visitions les abattoirs bien avant la création du comité d’éthique !

Dernière minute : la CNSPA vient de quitter le comité d’éthique du CIV.

• OABA, 10, place Léon-Blum, 75011 Paris, tél. : 01 43 79 46 46. Adhésion : libre. http://www.oaba.fr

• Chasses à courre bénies : plus près de Dieu… et de la curée dans « La Puce de la semaine », sur www.charliehebdo.fr, et les 12 derniers jours d’un canard gavé, sur http://www.charliehebdo.fr/infospuces

Accueil . ACTIONS . RESERVOIR . MILITANTS et SITES WEB . Thèmes
Newsletter . Plan du site . Contact . FAQ

http://animauzine.net/Les-Puces-de-Luce-Lapin-no966.html
Articles Suiv./Préc.
Sur le même thème
/ Réservoir / Médias / Les Puces de Luce Lapin n°966
Plan du site
Newsletter
Contact
FAQ
Accueil