Animauzine, militer pour les animaux
20 novembre 2003
Par amandine
Version imprimable
Version imprimable

L’Europe contre la corrida !

COMMUNIQUE DE PRESSE du CRAC

Note des webmasters : Attention : l’auteure de compte rendu, Delphine Simon, n’est plus secrétaire du CRAC.

COMITE RADICALEMENT ANTI CORRIDA
(C.R.A.C.)
Présidence d’honneur : Albert Jacquard, Jacques Derrida et Jacques Dary
Cofondateurs : Aimé Tardieu et Jacques Dary
(Association déclarée régie par la loi 1er juillet 1901)
BP 51244
30105 ALES Cedex
Tél. 06 75 90 11 93
Mail : anticorrida.crac tiscali.fr

"Face à la souffrance humaine ou animale, le cœur et la compassion ne se divisent pas." Théodore Monod

"Quand la corrida avance,c’est l’humanité qui recule."
Francis Cabrel

L’EUROPE CITOYENNE EN MARCHE CONTRE LA BARBARIE TAUROMACHIQUE !

Le Comité Radicalement Anti Corrida (CRAC) porte plainte contre le gouvernement français auprès du Tribunal International des Droits de l’Animal et de la Fondation Franz Weber.

Le lundi 24 novembre 2003, se tiendra à l’université Libre de Bruxelles, salle « Eugénie Dupréel », 44 avenue Jeanne, de 9h00 à 16h00, une session extraordinaire du tribunal international des droits de l’animal, contre les corridas en Europe. Cette session est organisée par la Fondation Franz Weber. Les plaignants des zones tauromachiques ( Fondation Altarriba pour l’Espagne, associations CRAC et FLAC pour la France) portent plainte contre leurs gouvernements respectifs. Les associations des pays indemnes de la barbarie tauromachique (Anti Bullfighting Committee pour la Belgique, Comité Anti Stierenvechten pour la Hollande) portent plainte contre le commissaire européen Franz Fischler qui permet que des éleveurs taurins bénéficient des subventions européennes : l’ensemble des citoyens européens subventionnent donc la torture tauromachique sans le savoir.

Après avoir piloté, en collaboration avec de nombreuses structures de protection animale, cette grande première nationale que fut la campagne d’affichage (40 panneaux de 4 mètres par 3) en août et septembre 2003 à Carcassonne et Montpellier, le CRAC s’engage, aux côtés de la Fondation Franz Weber, dans la lutte pour éveiller les consciences européennes. Un sondage récent (fin octobre 2003) commandé à la SOFRES par la Fondation Weber, et réalisé dans six pays européens démontre le profond rejet des corridas de la part des citoyens : 73% des français se déclarent contre cette pratique obscurantiste et fasciste (en 1937, Franco organisait une « corrida de la victoire » et permettait à la corrida de se répandre, telle une gangrène, dans toute l’Espagne).

De nombreux intervenants, venus de toute l’Europe, dénonceront à la tribune les exactions de la mafia tauromachique. L’écrivain Alain Perret dénoncera les fraudes, en particulier « l’afeitado », réclamée et imposée par tous les toreros : « Lors du sciage des cornes, si une hémorragie intervient, on plante un coin de bois, taillé en pointe, que l’on enfonce au marteau. Après avoir subi l’étouffement entre deux planches, encolure tordue, reins brisés, après avoir souffert du martelage dans le fil douloureux de la corne durant plus de vingt minutes interminables, le taureau n’est plus en état de combattre ». Les images exceptionnelles de cette pratique barbare seront montrées à Bruxelles sur écran géant...

Un texte du professeur Albert Jacquard sera lu. En voici un extrait : « une loi française interdit, au nom du respect des animaux, les combats de coqs et les corridas. Fort bien, mais un paragraphe supplémentaire autorise ces spectacles dans les communes où ils font partie des « traditions locales ». Comment le législateur peut-il à la fois condamner une activité considérée comme contraire à l’éthique et s’incliner devant le poids des habitudes ? Faudrait-il permettre aux maris de battre leurs femmes dans les villes ou les villages où cela se pratique depuis longtemps ?

Le rôle de la loi n’est pas de tolérer, mais de tracer dans la bonne direction. »

Le docteur Martine Danaux, spécialiste en psychiatrie précise : « comment ne pas s’interroger, sur les effets pathogènes que de tels spectacles de mise en scène de la torture, de mort violente et sanglante peuvent avoir sur de jeunes enfants puisqu’il n’existe même pas, en France, de limite d’âge minimum pour assister aux corridas...

Comment ne pas s’interroger sur les effets de l’enseignement qui est dispensé dans les écoles taurines à des enfants dès l’âge de 8 ou 9 ans... »

La pédagogue Irène Noël qui sera présente à cette audience à Bruxelles est particulièrement sensible au problème des enfants plongés dans le milieu ultra violent de la torture tauromachique : « la disposition de l’esprit à juger clairement et sainement des choses est encore fragile chez les enfants et jeunes adolescents. Ceux qui évoluent dans un climat de violence - et le milieu taurin est par définition un milieu violent - où toute compassion devant l’être qui souffre est absente ne pourront accéder à une pleine maturité affective, intellectuelle et morale. Et c’est un crime abominable ! »

Enfin, pour le magistrat Gérard Charollois, président de l’association « Convention vie et Nature pour une écologie radicale » qui a obtenu l’annulation par le conseil d’Etat de trois arrêtés pro-chasse de la ministre des chasseurs, aficionada notoire, Roselyne Bachelot, il n’y a qu’une solution :

« Il faut changer la loi française et supprimer la dérogation car nul appétit financier, nulle habitude malsaine, nul prétexte ne justifie la cruauté, le mépris de la vie, l’indifférence à la souffrance d’un être. On ne réglemente pas la torture. On l’abolit. »

Des députés européens seront présents et interviendront lors de cet événement sans précédent. C’est le cas de Yann Wherling, par ailleurs porte-parole national des « Verts » français, qui nous avait déjà soutenu par sa présence à Carcassonne lors de la manifestation devant les arènes. Le ralliement à notre cause de grands humanistes comme Jacques Derrida et Albert Jacquard tout deux présidents d’honneur du CRAC, confortent les responsables politiques courageux qui commencent à nous rejoindre et à rejeter officiellement cette pratique cruelle, indigne d’un pays civilisé comme le disait si bien Victor Hugo.

Nous invitons, au nom de la Fondation Weber, tous les journalistes qui veulent découvrir le vrai visage de la corrida, à venir le lundi 24 novembre à Bruxelles. Lors de cette réunion, des images inédites d’une cruauté inouïe, tournées lors d’une grande corrida, seront présentées sans la censure. Des travaux d’investigation seront exposés par les conférenciers.

Jean-Pierre Garrigues, président du CRAC

Pour tous renseignements complémentaires :

Jean-Pierre Garrigues : 06 75 90 11 93

Thierry Hély, vice-président du CRAC : 04 67 01 23 29

Delphine Simon, secrétaire du CRAC

Ou directement la Fondation Franz Weber : 00 41 21 964 42 84

Accueil . ACTIONS . RESERVOIR . MILITANTS et SITES WEB . Thèmes
Newsletter . Plan du site . Contact . FAQ

http://animauzine.net/L-Europe-contre-la-corrida.html
Articles Suiv./Préc.
Sur le même thème
/ Actions / L’Europe contre la corrida !
Plan du site
Newsletter
Contact
FAQ
Accueil